60L_2_1

Présentation du 60L V2

Vortex

Description :


Cuve : 

Longueur = 60cm ; Largeur = 30cm ; Hauteur = 35cm

Eclairage : 

3*18W

2 Osram Biolux (6500K)

1 Sylvania Aquastar

Durée = 12h/jour

Filtration :

Eden501   300L/h

Aspiration au fond à droite, rejet par canne percée au centre.

Ajout d’une pompe de brassage de 400L/H pour bien brasser le tapis d’Utricularia, partant du fond à gauche vers l’avant, le rejet étant brisé sur la vitre avant cela diffuse un peu le brassage sur la partie droite.

Changements d’eau : 

2 fois par semaine

15L = 8L eau osmosée + 7L eau du robinet à chaque fois

Co2 : 

Diffusion par diffuseur en céramique Crystal Line(Dennerle)

15-20 bulles / minute

Fertilisation :

Flourish : 0,4 mL/jour

Flourish Excel : 0 ,5mL/jour

Flourish Iron : 0,6mL/jour

Brighty K : 0,1mL tous les deux jours.

ECA : 4 goutes / jour

Green Gain : 2 goutes / jour

Phyton Git : 2 goutes / jour

Green Bacter : 2 goutes / jour

Population :

Les poissons.

–          2 Epiplaty annulatus

–          10 bororas maculatus

–          15 rasboras espei

Les invertébrés.

– 40 Neocaridina heteropoda (red cherry)

Plantation

60L_2_plan

1 : Utricularia gramminifolia

2 : Hemianthus callitrichoides cuba

3 : Blyxa japonica

4 : Pogostemon helferi

5 : Ludwigia repens

6 : Ludwigia natans

7 : Hemianthus micranthemoides

8 : Rotala sp. nanjenshan

9 : Ludwigia arcuata

10 : Rotala sp. green

11 : Didiplis diandra

12 : Micranthenum umbrosoum

13 : Rotala indica

Présentation du bac en lui-même :

schema 60L_2

J’ai voulu à travers ce bac tester une plante que l’on rencontre encore peu dans les bacs plantés, que je trouve pourtant particulièrement intéressante à maintenir, et surtout agréable à regarder : l’Utricularia Gramminifolia. Vous pourrez trouver à la fin de cet article quelques commentaires ici de cette expérience avec cette plante, en espérant que cela puisse vous servir.

Concernant le bac dans son ensemble, rien de bien original, un îlot de plantes, une plante gazonnante pour l’entourer, et quelques rochers histoire de rajouter un petit quelque chose au tout.

Pour la disposition des rochers, il vaut mieux éviter quelque chose de symétrique ainsi il convient d’en mettre plus d’un côté que de l’autre, ici j’ai opté pour un ratio de 1 / 3, cela équilibre assez bien le bac visuellement. Pour les trois rochers du côté droit, pour donner un peu de volume à l’ensemble j’ai opté pour un rocher plus gros vers le centre du bac, orienté vers le côté droit, avec à sa droite deux rochers plus petits, également orientés vers ce côté droit. Le rocher le plus petit étant sur le devant.

Ainsi on donne une plus grande impression de profondeur, et les rochers orientés vers les côtés permettent de donner une autre perspective à l’ensemble, et donc une meilleure impression de volume.

Au niveau de la plantation, c’est assez vert dans l’ensemble, avec quelques nuances dans les teintes et le feuillage, et quelques petites pointes de rouges pour apporter de la couleur à l’ensemble.

On reste sur du feuillage fin encore une fois, puisqu’il s’agit d’un volume assez petit, un feuillage trop gros étoufferait la vision d’ensemble.

Pour donner une bonne impression de volume et de profondeur, l’îlot de plantes se veut assez arrondit dans sa forme, le massif partant du centre du bac vers le fond ce qui donne deux points de fuites de chaque côté.

Remarques sur l’Utricularia gramminifolia :

60L_2_3

Cette version m’a permis de tester pleinement cette plante, ainsi je ferai donc quelques remarques sur sa maintenance, des fois que cela serve à d’autres.

En ce qui concerne la plantation, je conseille de faire plusieurs petits paquets que l’on espacera suivant la zone que l’on cherche à recouvrir.

Ne pas hésiter à bien enfoncer les paquets dans le sol, la plante ne faisant pas de longues racines elle est assez lente pour bien se maintenir au sol. Donc ne pas hésiter également à la lester un peu, avec du sable par exemple.

Autre remarque, à la longue le « tapis » d’Utricularia va avoir tendance à monter étant donné que tous les brins vont s’enchevêtrer et le tout va donc gagner en épaisseur.

Il conviendra donc de tailler de temps en temps le tout, j’ai eu la désagréable surprise après un petit temps sans m’en occuper de voir la base complètement blanche, prête à se décrocher du sol (le tapis faisant alors 10cm d’épaisseur), il était un peu tard pour m’en occuper correctement, du coup ça a eu vraiment beaucoup de mal pour repartir suite à la taille).

Si l’on s’en occupe régulièrement, la base restant bien verte on peut tailler en y allant progressivement par zone distincte : ainsi les zones alentours vont s’occuper de recouvrir la zone taillée.

Au final ce n’est pas une plante forcément difficile, mais qui demande malgré tout un bon entretien car elle se révèle vite envahissante.

60L_2_2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *