Conseils pour réussir un bac planté – Partie 2

Maintenant que tout l’aspect technique du bac est déterminé, il va être temps de s’occuper de le planter !!

Le démarrage du bac :

Voilà le grand moment est arrivé !! Mettre en route le bac !!

Maintenant que vous avez déterminé vers quel style vous orienter, et quel matériel sera le plus adéquat, il convient d’attaquer la mise en eau du bac.

Mise en place du sol :

Comme on l’a vu au début de ce très long article, il peut être utile dans le cadre d’un bac planté de mettre en place un sol nutritif, les plantes auront ainsi tous les apports dont elles auront besoin pour pousser dans de bonnes conditions et être resplendissantes. Pour la mise en place du sol nutritif, il est préférable de mettre une plus grosse épaisseur sur le fond de l’aquarium : les plantes qui sont généralement mises au fond seront plus gourmandes que des plantes d’avant plan, et épuiseront donc plus rapidement le sol nutritif, ainsi si celui-ci est plus épais il durera plus longtemps.

Après avoir préalablement installé votre sol nutritif, il conviendra d’installer le sol apparent.

Ainsi son choix sera crucial puisque c’est lui que vous verrez, à moins de le recouvrir entièrement de plantes. Donc autant éviter quelque chose qui ne vous plait pas, évitez également l’utilisation d’un gravier bleu ou rose fluo, pas toujours de bon gout en matière de bacs plantés (tous les gouts sont dans la nature mais à mon avis vous regretterez vite votre choix). L’utilisation de quartz noir aura l’avantage de mieux faire sortir les couleurs des plantes et poissons, mais il faudra veiller à ce qu’il ne soit pas coupant et ne contienne pas de morceaux de fer (ce qui est souvent le cas).

Vous pouvez choisir de mélanger différents sols, pour donner un rendu plus naturel ou bien trancher au niveau des couleurs. Ainsi pour éviter que les différents sols ne se mélangent à plus ou moins long terme, vous pouvez opérer des séparations à partir de morceaux en PVC.

A noter qu’il faut éviter de superposer différents sables de granulométries différentes, les grains les plus fins risquent de passer sous les grains les plus gros, et au final vous ne verrez plus que ceux-ci.

Vous pouvez également vous amuser à créer des dénivelés, généralement on observe des pentes vers l’avant, avec un éventuel chemin au milieu … ceci pour renforcer l’effet de profondeur et donner également plus de relief.

Petite précaution à prendre lors du remplissage, il est préférable de poser une assiette sur le sol afin que le rejet ne creuse pas le sol et qu’ainsi le sol nutritif de remonte pas pour faire un beau brouillard ! Pour vous simplifier la vie et éviter de trop vous mouiller les bras, attendez d’avoir mis en place le hardscape avant de passer à la mise en eau.

Mise en place du « hardscape » :

Avant d’attaquer la plantation il sera plus judicieux de procéder à la mise en place du hardscape.

Si vous commencer par planter et que vous désirez introduire d’autres éléments de décor dans le bac par la suite il sera plus difficile de les mettre en place sans être gêné par les plantes déjà installées.

Pour bien établir le hardscape dans le bac, le mieux est de prévoir en dehors du bac le positionnement final, ou alors s’amuser à procéder à différents changements dans le bac jusqu’à arriver au résultat optimal.

Il conviendra de ne pas mélanger différents types de roches ou racines pour ne pas donner un aspect fouillis l’ensemble de l’aquarium.

Si vous optez pour l’utilisation de plusieurs roches ou racines dans votre de plantation, il conviendra de couper l’aquarium au milieu et de faire en sorte que d’un côté il y ait plus de roches ou racines pour rompre l’effet de symétrie.

Dans tous les cas il est conseillé de mélanger du gros et petit calibre pour donner un effet plus naturel à l’ensemble et éviter d’avoir un rendu trop artificiel.

L’utilisation mélangée de roches et racines est un peu plus compliquée mais tout à fait réalisable, ce ne sera pas toujours facile à mélanger suivant ce que vous avez sous la main. En effet il faut que les deux puissent se mélanger au niveau de leurs aspects : formes et couleurs.

Lors d’une utilisation conjointe, on retrouve généralement les roches en premier, au pied des racines, ces dernières étant de plus grosses tailles que les roches. Le rendu inverse (grosses roches / petites racines) aurait un rendu moins naturel.

En ce qui concerne le choix des roches ou racines, évitez d’en prendre des trop petites (elles vont se perdre dans les plantes une fois que ces dernières se seront étoffées), mais également des trop grosses (elles vont étouffer le bac et s’intégreront moins bien à la plantation).

patchwork 3


Mise en eau :

Le sol est en place, ainsi que le hardscape, on peut enfin mettre le bac en eau !

Il conviendra surtout de faire attention à ne pas remuer tout le sol que vous avez préalablement installé …

Pour cela il faudra placer une coupelle au fond du bac et verser le rejet de l’eau dessus, sinon vous allez faire un beau trou dans le sol et voir le sol nutritif (s’il y en a un) remonter et faire un beau brouillard dans le bac … et là vous n’aurez plus qu’à tout recommencer …


La plantation :

Maintenant que le hardscape est en place, pourquoi ne pas passer à la plantation ?

Il convient de préciser qu’il n’y a aucun risque à introduire les plantes dès le démarrage du bac, elles ne vont pas souffrir de la classique montée de nitrites, et permettront d’équilibrer le bac un peu plus rapidement.

La plantation peut se faire le bac pleinement remplit, ou sans eau mais il conviendra alors d’humidifier régulièrement les plantes et faire très attention à la mise en eau pour qu’elles ne s’envolent pas dans tous les sens.

Avant d’introduire les plantes dans le bac vous pouvez effectuer un rinçage préalable pour enlever d’éventuels escargots ou leurs œufs.

Personnellement je serai plutôt d’avis de les laisser car ils vont participer à l’équilibre du bac. De plus la présence d’escargot est un bon indicateur de la santé du bac (trop d’escargot dénote un déséquilibre, souvent trop de pollution due à une suralimentation des poissons).

Passons à la plantation proprement dite. La plupart des plantes vendues dans le commerce le sont avec un pot et une mousse type laine de verre. Il conviendra alors d’enlever le pot en plastique et la laine de roche et de rincer les racines avant d’introduire les plantes dans le bac. Si vous cassez quelques racines n’ayez crainte, la plante repartira très bien malgré cela !

Pour procéder à la plantation rien de bien compliquer. Le mieux sera d’investir dans une pince à planter, bien pratique tout de même pour ne pas casser les tiges et faire de gros trous dans le sol qui vont généralement faire s’envoler les plantes plutôt que bien les planter.

En ce qui concerne les plantes à tiges, pour avoir des massifs bien denses le mieux sera de planter quelques brins entre eux (4/5), laisser un petit espace de quelques centimètres, et replanter un petit bouquet etc.

Bien entendu en procédant ainsi il faudra veiller à ce que l’éclairage soit assez puissant pour atteindre la base des plantes sinon elles vont se dégarnir et vont risquer de pourrir.

Pour les plantes à accrocher sur support, il suffira tout simplement d’accrocher les plantes sur un support tel qu’une racine ou une roche avec du fil de nylon par exemple (ou bien du fil de coton qui aura l’avantage de se désagréger dans le temps).

Parfois un creux dans la racine ou dans la roche permettra de coincer la plante et il n’y aura donc pas besoin de la saucissonner sur son support.

Pour planter des plantes telles que les Cryptocorynes, on pourra soit procéder à la plantation de plusieurs pieds ensemble pour obtenir une grosse touffe dès le début, soit espacer chaque pieds de quelques centimètres, cela fera un peu vide au début mais quand les plantes pousseront cela permettra d’obtenir de jolis bosquets.

Si vous avez établit au préalable un schéma de plantation, il suffira tout simplement de le respecter, et si vous voyez que certaines choses ne vont pas il ne faudra pas hésiter à procéder à des changements.

A noter qu’au démarrage d’un bac il conviendra de planter des plantes à croissance rapide, qui vont concurrencer les algues dans un premier temps, quitte à les enlever par la suite une fois que le bac se sera équilibré.

Comme vu précédemment (un rappel ne fait pas de mal !), la plupart des plantes étant vendues sous leur forme émergée, vous allez les voir changer d’aspect au fil des semaines, il ne faudra donc pas vous en inquiéter, de même si certaines feuilles ont tendance à pourrir (ce qui est fréquemment le cas avec les Cryptocorynes par exemple).


L’attente du pic de nitrites :

Comme vous le savez déjà, avant d’introduire les poissons il faut attendre que le cycle de l’azote se mette en place dans le bac.

En règle générale on considère qu’il faut environ un mois pour qu’il se mette bien en place. Donc pendant ce temps là il n’y aura pas grand-chose à faire, si ce n’est commencer à observer votre bac.

Le mieux sera alors de tester les nitrites régulièrement pour déterminer quand est ce qu’il se sera produit, et donc commencer à introduire progressivement les poissons (pas plus d’une dizaine par semaine, la prudence étant de mise).

Pour aider à démarrer le bac, vous pouvez introduire des bactéries « vivantes » (désolé j’ai toujours des doutes sur cette appellation), mais je vous conseillerais d’attendre quelques semaines malgré tout.

Les algues au démarrage :

Malheureusement il est assez fréquent d’avoir des algues au démarrage. Il n’y a pas grand-chose à faire si ce n’est attendre que cela passe.

Les algues que l’on rencontre le plus au tout début de la vie d’un bac sont des algues brunes qui vont recouvrir le sol, les vitres et les plantes. Rien de bien méchant, en frottant elles partent très facilement, et au bout de quelques semaines elles finissent par disparaitre d’elles mêmes.

On rencontre également assez régulièrement des algues filamenteuses. Personnellement je vous conseillerais de les laisser tout en veillant à ce qu’elles n’étouffent pas les plantes.

En effet, au démarrage d’un bac l’eau est assez riche en divers nutriments, qui profitent aux plantes mais aussi aux algues qui vont être un peu plus rapides dans un premier temps pour les consommer. Il vaudra donc mieux laisser les algues épuiser un peu l’eau, et par la suite quand elles n’auront plus de quoi se nourrir elles finiront par disparaitre (bien entendu on peut les aider, les filamenteuses s’enlevant assez facilement à l’aide d’une brosse à dent).

Quand démarrer la fertilisation :

Comme vu précédemment, l’eau du bac est généralement très riche au démarrage, il conviendra donc dans un premier temps de ne pas ajouter d’engrais liquide, sinon vous allez créer un excès de nutriments qui profiteront encore plus aux algues (sans pour autant vraiment aider les plantes à prendre le dessus).

Aussi le mieux sera d’attendre les premiers signes de carence des plantes et l’affaiblissement des algues pour commencer la fertilisation.

Les feuilles qui jaunissent sont généralement dues à un manque de fer, signe qu’il est temps de commencer à fertiliser.

Dans un premier temps il conviendra de sous doser, pour éviter que les algues reprennent encore le dessus, puis d’augmenter progressivement les algues pour arriver à des paramètres optimaux.

Pour le CO2 cependant comme dit au début de l’article vous pouvez le lancer dès le début afin de favoriser la pousse des plantes.


Evolution du bac :
Voilà plusieurs semaines que le bac est lancé, il va donc falloir l’entretenir de différentes manières pour arriver au résultat final.


Les changements d’eau :

Comme dans tout aquarium, il est important d’effectuer des changements d’eau, cette importance sera encore plus grande dans le cadre d’un bac planté où les conditions peuvent être parfois assez extrêmes.

Les changements d’eau sont importants, ils permettent d’enlever la pollution et les nutriments en excès qui favoriseraient les algues, mais permettent également de refaire des apports en sels minéraux et autres éléments qui sont naturellement présents dans l’eau du robinet (mais qui ne le seront pas avec l’eau osmosée, d’où l’importance de couper les deux lors de vos changements d’eau selon les paramètres désirés, ou alors reminéraliser l’eau osmosée).

Dans le cas d’un bac planté où la fertilisation se fait en assez grande quantité, il est assez facile d’arriver à un surdosage qui pourrait se révéler préjudiciable et aiderait grandement au développement d’éventuelles algues.

Ainsi en renouvelant l’eau régulièrement on évitera l’accumulation de substances nutritives en excès qui favoriseraient grandement les algues.

Pour ma part je change l’eau de mes bacs plantés deux fois par semaine, mais bon je suis un grand malade et j’ai l’eau osmosée gratuitement alors j’en profite ^^

Je vous conseillerais malgré tout d’effectuer au moins un changement d’eau par semaine, d’au moins 15% du volume de votre aquarium, après pour l’utilisation d’eau osmosée, tout dépendra de vos besoins (enfin surtout ceux des poissons).

Evitez d’attendre deux semaines, il y aura plus de risque de favoriser les algues.

Lors de vos changements d’eau il vous faudra siphonner le maximum de déchets présents dans l’eau, mais bon ce n’est pas toujours chose aisée dans un bac planté au vu de la densité de la plantation, et la présence la plupart du temps d’un tapis gazonnant qui ne permettra pas de siphonner les déchets au sol. C’est pourquoi il faudra veiller à limiter au maximum les déchets (ce qui permettra de limiter également les nitrates et phosphates qui jouent un rôle important dans l’apparition d’algues).

plantes43

Comment limiter les déchets :
Comme vu précédemment, l’utilisation d’une pompe de brassage permettra dans un premier temps de limiter fortement les déchets dans l’eau puisqu’une grande partie se fera aspirer par le filtre.

Autre point à prendre en compte : favoriser la pousse des plantes. Quel est le lien avec les déchets ? Et bien, des plantes en bonne santé qui poussent parfaitement nos produiront pas ou peu de feuilles mortes, ce qui limitera encore les déchets dans l’eau.

Il faudra également veiller à ne pas trop donner à manger à vos poissons. Une fois par jour suffit largement, dans la nature ils ont bien souvent beaucoup moins à manger que dans nos aquariums. Et puis même s’ils réclament constamment dès que l’on passe devant eux, les poissons n’ont pas besoin de manger en grande quantités, ce sont des animaux à sang froid qui n’assimilent pas les nutriments comme nous, et qui peuvent donc se passer de manger plus facilement, et puis trop les nourrir leur est bien souvent préjudiciable, donc attention ! En règle générale il faudra veiller à ce qu’il n’y ait rien qui tombe au sol car bien souvent ils n’iront pas tout manger, et que tout soit mangé assez rapidement. Si vous avez des poissons de fond ne vous inquiétez par pour eux, distribuez des pastilles pour poissons de fonds.

Vous pouvez également introduire quelques escargots Melanoïdes dans votre aquarium, qui auront la particularité de s’enfouir dans le sol, et donc d’enterrer des déchets avec eux. Ceci permettra par la même occasion d’enrichir naturellement votre sol et de l’aérer. Et même s’ils s’enfouissent dans le sol, il n’y a pas de soucis avec les plantes gazonnantes.


Le problème des algues :

Il est assez fréquent de voir des algues apparaitre une fois que l’aquarium est lancé, plusieurs causes sont possibles, même un bon équilibre dans l’aquarium. Il ne faudra donc pas réagir n’importe comment, c’est pourquoi il faudra bien identifier au préalable à quel type d’algue vous êtes confrontés pour établir une action en conséquence.

Ainsi plusieurs causes sont possibles :

Des néons (non pas les poissons !) trop vieux, il convient de les changer approximativement tous les ans, car même si visuellement rien ne change, avec le temps le spectre a tendance à se modifier et favoriser un peu plus les algues. Si vous avez plusieurs néons, il faudra éviter de tous les changer d’un coup pour éviter une explosion d’algues, attendez une à deux semaine entre chaque changement de tube.

De même il convient d’utiliser des tubes adaptés, évitez les tubes au-delà de 10000K qui sont plus appropriés à l’eau de mer, il conviendra de rester dans une plage comprise entre 5200K et 10000K, le 6500K étant recommandé car se rapprochant de la lumière du jour. Après libre à vous de combiner plusieurs tubes différents pour jouer sur le rendu visuel.

De plus il faudra éviter de placer l’aquarium trop proche d’une source lumineuse externe (par exemple il faudra éviter de placer l’aquarium près d’une baie vitrée).

Veillez également à bien entretenir votre filtre, un filtre encrassé va avoir moins de débit et pourra donc favoriser les zones mortes, et les nutriments circuleront moins bien, de plus il y a un risque d’une trop grande accumulation de nitrates dans l’eau.

Comme déjà évoqué plus haut, un manque de brassage pourra également favoriser les algues.

Autre point important : la fertilisation. Deux dangers sont possibles, le surdosage qui va provoquer un excès de nutriments que les algues vont se faire un plaisir de consommer, mais également le sous dosage, certes moins dangereux mais les plantes ne pourront pas pousser dans de bonnes conditions et les algues risquent de prendre le dessus.

A noter que contrairement à ce que l’on pourrait penser, la présence de nitrates dans l’eau n’est pas forcément nocive, et est fortement recommandée dans un taux raisonnable (inférieur à 10mg/L) car les plantes vont s’en nourrir, et une carence en nitrates peut être tout aussi dangereuse qu’un excès, il suffit juste de rester dans un taux acceptable.

Que faire en cas d’invasion d’algues :

La plupart du temps en cas d’invasion d’algues, outre le changement de tubes si nécessaire, et l’ajout de brassage, il conviendra de couper les plantes les plus attaquées, qui si tout va bien, repartiront sans algues sur les nouvelles feuilles.

En cas d’excès de nutriments il sera recommandé de faire de bons changements d’eau, et si possible d’arrêter la fertilisation pendant une certaine durée (ou du moins la limiter fortement).

Par moment un « black-out » peut être nécessaire : faire un bon changement d’eau, laisser le bac éteint pendant 3 jours, et refaire ensuite un bon changement d’eau.

Bien entendu dans tous les cas il faudra rester patient car les algues ne vont pas partir en un claquement de doigt et il faudra la plupart du temps attendre un petit peu avant d’être récompensé de votre patience.


Déplacer des plantes :

L’agencement ne vous plait pas ? Libre à vous de déplacer vos plantes, il conviendra juste d’observer quelques précautions.

D’une part il faudra faire attention de ne pas faire de mouvements trop brusques dans l’aquarium pour ne pas trop stresser vos poissons.

D’autre part il faudra faire attention quand vous allez déraciner vos plantes, évitez de tirer trop fort sur les tiges pour ne pas les casser, mais aussi éviter une remontée de sol nutritif.

Pour les plantes à tiges vous ne devriez pas avoir trop de problèmes, mais pour les plantes de types Cryptocorynes ou Echinodorus qui développent énormément de racines, vous risquez d’avoir une belle remontée de sol nutritif.

Dans tous les cas, si remontée de sol nutritif il y a, je vous conseille vivement de faire dans la foulée un bon changement d’eau pour enlever le maximum de substances nutritives dans l’eau qui pourraient favoriser par la suite des algues.

La taille des plantes :

Maintenant que les plantes sont plantées, et bien installées, elles poussent et si on ne les contrôle pas elles peuvent se révéler très envahissantes.

Un manque d’entretient pourrait être préjudiciable à l’ensemble, des plantes trop hautes vont faire de l’ombre aux plantes qui sont plus basses et situées en dessous, elles n’auront plus assez d’éclairage et finiront par pourrir.

De même pour des plantes qui auraient poussées trop en hauteur, la lumière aura du mal à arriver à leur base et il y aura un risque que ces dernières pourrissent.

Si les bases de vos plantes pourrissent, il suffira juste de tailler les têtes et de les replanter pour que le tout reparte à nouveau, si les bases sont trop abimées il conviendra de les retirer en faisant attention de ne pas trop tirer dessus pour éviter toute remontée du sol nutritif.

Pour la taille générale du bac, je vous conseille de procéder massif par massif, cela permettra de donner la forme que l’on veut à l’ensemble.

Certes après une taille les plantes sont moins jolies, il faudra attendre un peu que de nouvelles têtes fassent leur apparition.

En taillant vous pourrez ainsi donner la forme future des massifs en faisant des dégradés dans la plantation d’un massif … par exemple pour un même massif de plante, vous pourrez tailler le devant du massif plus bas que l’arrière pour obtenir ainsi un effet de boule, et par la même occasion donner plus de volume visuellement au massif.

Vous pouvez donc couper plusieurs tiges en même temps pour aller plus vite.


Densifier les massifs :
Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour créer des massifs très denses sur les plantes à tiges feuillues (on va les appeler comme ça ^^) du type rotala, ludwigia, hygrophila etc. Bien entendu ces techniques peuvent être combinées.


La taille / bouturage :

Et oui ! Tailler les plantes permet de les densifier.
Je m’explique : en taillant par exemple une tige à mi-hauteur, il va se passer deux « phénomènes » ; la nouvelle tête va pouvoir être replantée, elle développera ensuite ses propres racines et reprendra également une croissance normale. Sur la tige taillée deux voir trois têtes suivant les plantes vont repartir sur le haut de la tige.
Ainsi peut on s’amuser par la suite à tailler de nouveau les têtes qui seront reparties, la tige principale ayant alors plusieurs ramifications. A noter cependant que plus la tige aura de ramification, et plus elle demandera du temps pour bien repartir, logique dirons nous puisque la plante aura besoin de plus d’énergie pour poursuivre sa croissance.
A noter également qu’au niveau de la reprise des plantes, la tête fraîchement replantée repartira plus vite qu’une tige taillée (enfin d’après mon observation sur mes différentes plantes)

Il faudra cependant bien veiller lors de la taille à ce qu’il y ait un minimum de feuilles sur le bas de la tige taillée, afin que la plante puisse repartir aisément.

Dans la continuité de cette astuce, lors de l’achat des plantes, si celles-ci ne sont pas très hautes, on peut dès le début tailler les têtes, mais juste le haut de celles-ci, ainsi plusieurs ramifications vont se faire dès le début ce qui permettra de gagner un peu de temps 😉


Planter serré :

Pour obtenir des massifs bien denses, il ne faudra pas hésiter à resserrer les tiges d’un même massif. Par exemple regrouper une quinzaine de tige en une poignée, et en faire de même quelques centimètres plus loin pour la même plante.
Attention toutefois, l’éclairage devra être assez intense pour que la lumière puisse bien éclairer le tout sinon il y a un risque que les pieds des plantes pourrissent …
Comme cela l’a déjà été précisé dans l’intro, cette technique peut être cumulée avec celle de la taille, le résultat en sera tout simplement plus dense 😉

Regroupage :

Chose à laquelle on ne pense pas toujours, mais regrouper au même endroit dans le bac la même plante va lui donner d’emblée un effet plus dense que si les brins étaient éparpillés un peu partout.
L’effet esthétique du bac en serra par la même occasion améliorée.

Evolution dans le temps d’un bac planté :
Afin de vous donner une idée de l’évolution d’un bac planté, voici un petit exemple avec mon 60L « Patchwork » (en cliquant sur ce lien vous pourrez voir la mise en place et l’évolution de ce bac ainsi que son analyse)

mee60L 8

mee60L 9

mee60L 10

mee60L 11

patchwork 5

mee60L 13

Conclusion :
J’espère que ces conseils vous seront utiles créer un beau bac planté.

La plupart des conseils apportés au travers de cet article sont le fruit d’expériences personnelles, donc vous n’êtes pas forcés de tout suivre à la lettre, libre à vous d’établir votre propre méthode. Ces conseils ont plutôt pas mal marchés pour moi donc je me contente de vous partager mes différentes expériences (positives ou négatives) qui je l’espère vous éviteront de commettre certaines erreurs.

Il ne faut pas oublier qu’outre l’aspect esthétique, les plantes vont participer au bon équilibre de l’aquarium, donc même si vous ne voulez pas faire un super bac planté de la mort qui tue tout, je vous conseille dans tous les cas d’avoir des plantes dans votre bac (bien entendu pas dans un bac africain avec les poissons qui vont s’en donner à cœur joie avec les plantes ^^)

Si malgré cet article certaines questions subsistent, n’hésitez pas à me contacter, j’essayerai alors de vous apporter la meilleure réponse possible. De même si vous désirez des conseils sur l’agencement de votre bac, vous pouvez m’envoyer quelques photos et je vous donnerai mon avis.

N’hésitez pas à lire les autres articles présents sur ce site, certains détaillent un peu plus que ce qui a été dit au cours de ces deux parties (même si certains passages ne sont que du copier / coller de ces articles). N’hésitez pas non plus à vous reporter aux articles de présentation de bac, cela peut vous donner des idées sur la manière d’agencer un bac, mais également de voir certaines plantes qui pourraient vous plaire étant donné qu’à chaque fois il y a un schéma de plantation disponible.

4 réflexions sur “ Conseils pour réussir un bac planté – Partie 2 ”

  1. Merci, superbe article, j’ai trouvé beaucoup de renseignements précieux. Je me suis lancé dans un bac planté depuis peu. Je rencontre des problèmes d’algues sur mes roches. Je ne parviens pas à les identifier pour en déterminer la cause.

    1. Bonjour. Il faudrait pouvoir identifier de quel type d’algues il s’agit pour pouvoir en déterminer la cause. Trop de phosphates ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *